Mon avis sur Destiny 2 – Xbox One

Après plus d’un trimestre passé sur Destiny 2, j’espérais écrire un article enthousiaste sur le dernier titre de Bungie, hélas ce n’est pas vraiment le cas…

Ayant fait preuve de sévérité au travers de mon test sur Métal Gear Solid The Phantom Pain, je pensais me rattraper en partageant avec vous un avis plus positif sur Destiny 2. Que ce soit d’un point de vue technique, scénaristique ou de sa jouabilité rien n’est mauvais en soi, pourtant celui-ci n’arrive pas à la cheville du premier Destiny ; Explications :

L’aspect technique, les graphismes et la bande son :

Les territoires et les zones à parcourir dans Destiny 2 sont bien modélisés, avec de belles textures, une végétation dynamique et sont globalement bien détaillés, comme par exemple la région Européenne de Trostland, une petite ville en ruine, et ses bois environnants. Mention spéciale pour les planètes IO et Nessos, inspirés des illustrations et tableaux fantastiques de célèbres artistes peintres des années 70/80 comme Rodney Matthews ou Tim White, entre autre. Globalement c’est réussi, certains lieux ne manquent pas de charme. Je pense à la forêt obscure ou la veille grange et son moulin à eau ré-investis en zone sociale par les gardiens ayant fui la cité, ou encore les nombreux territoires de Nessos jonchés par les débris d’un vaisseau spatial gigantesque.

Destiny 2 est visuellement réussi, même si certains détails me laissent perplexe… Rendez-vous sur la planète Titan et baissez votre regard sur la masse de gélatine informe et sa texture étrange censé représenter un océan déchaîné. Je ne vous parle même pas des quelques navires que l’on aperçoit au loin, ressemblant plus à des boites d’allumettes… bref, je pinaille. Comme pour un tableau, les teintes des ciels s’harmonisent avec l’ensemble des décors. Si les horizons ont gagnés en cohérence, ils ont hélas perdu en intensité, fini les fabuleux jeux de lumières et les nuages incroyables qui nous faisaient tant rêver et déclenchaient en nous une certaine émotion à l’instar de Destiny premier du nom…

Comme pour les graphismes, les musiques de Destiny 2 sont de qualité et bien orchestrées, dignes, de n’importe quel film à succès américain. C’est beau, bien exécuté, mais c’est également très soft, vu et revu ou devrais-je dire « entendu ». Passe partout, classique, rien qui ne restera en mémoire. Il n’y a pas d’originalité, encore moins d’émotions mise à par quelques exceptions comme cette séquence ou nous partons en exile loin de la cité… Encore une fois impossible de ne pas faire la comparaison avec les orchestrations originales et intenses que l’on pouvait trouver sur le premier opus de Destiny.

La Campagne solo :

Celle-ci est à l’image de la réalisation technique. Elle est correcte avec de bonnes idées et quelques très bons passages, mais également très peu intense, avec une narration et des explications en veux-tu en voilà, sur absolument tout et n’importe quoi, ce qui forcement décrédibilise le monde de Destiny plus qu’il ne l’étoffe. A cela vient s’ajouter un humour bien plus présent que dans le premier opus, qui à la longue a pour seul effet de nous détacher de cette histoire devenue de moins en moins immersive. C’est le gros problème de l’humour à outrance, cela fait prendre tellement de recul sur les événements qu’il nous sera bien difficile de ressentir ou de prendre au sérieux les menaces et rebondissements de l’aventure.

Destiny est passé d’un monde original plein de mystères à une ambiance de film Américain « fast food », vite vu, vite oublié. Bienvenu dans Les Gardiens de la Galaxie et prière de commander un seau de pop corn à l’entrée… A ceci viens s’ajouter un manque de challenge et de difficulté évidente, tirer comme un bourrin et tout devrait bien se passer. Mention spéciale au « boss » de fin de la campagne, ridiculement facile à vaincre… Tout est fait pour que celui-ci tombe à terre dès notre premier essai… quelle catastrophe !.

La simplification des doctrines, et le mode Joueur contre Joueur :

Les FPS (First person shooter) ne sont pas vraiment des jeux bien cérébraux, alors quand Destiny premier du nom incorpore de la personnalisation et de la diversité dans la façon de jouer son Gardien, pourquoi revenir en arrière ? S’il était plaisant de définir point par point l’arbre de talent de chaque doctrine dans le premier Destiny, cet aspect du jeu a quasiment disparu de sa suite…. encore un aspect négatif, et une décision absurde de la part de Bungie.

Les matchs « Joueur contre Joueur » étaient un point fort de Destiny premier du nom. Même si, en terme de récompense je n’avais plus rien à y gagner, je revenais souvent dessus, temps le mode JCJ était fun, diversifié, et …équilibré ! Là encore, Destiny 2 se rate d’une marche, que dis-je, d’un étage ! Répétitif, mal équilibré et donc moins fun, ce mode de jeu n’est plus aussi intéressant, la faute au maniement de certaines armes ainsi que leurs équilibrages. Si vous pensiez vous spécialiser au fusil à pompe, voir, faire un massacre à l’épée ou jouer le sniper, passez votre chemin…. Dorénavant il vous suffira d’avoir un fusil d’éclaireur multifonction Mida et d’appuyer sur la gâchette à longueur de partie. Le hic, c’est que cela devient vite ennuyeux…

Le raid Le Léviathan et les nouveaux assauts:

Je ne suis pas un grand amateur de ce genre d’activité ; Je parle ici des raids. Devoir rester trois heures en moyenne pour chaque étape avec un casque sur la tête quand on a une vie de famille n’est jamais simple, pourtant, je me suis astreint à réaliser régulièrement le nouveau raid de Destiny 2. Tactique, coopération avec les autres membres de son escouade, originalité des rencontres, le raid Le Léviathan ne m’a vraiment pas déçu. Bungie s’en sort très bien et propose enfin une activité à la hauteur de ce que l’on pouvait trouver dans Destiny premier du nom. Chaque rencontre demandera une bonne coopération et un bon timing entre les joueurs afin d’appliquer les diverses stratégies pour chaque étape. La facilité à trouver un groupe grâce à l’outil de recherche de la Xbox One est pour le coup un vrai plus pour ce genre d’activité.

Parlons maintenant des assauts, ces instances scénarisés à parcourir à trois joueurs et se terminant par l’affrontement d’un « boss » final. Comme pour le raid, les assauts sont une des activités les plus réussies de Destiny 2. Ils sont un bon moyen de gagner en expérience lors de la monté en niveau de son gardien. Le temps et l’investissement sont raisonnables et il ne sera pas obligatoire de communiquer avec ces coéquipiers via des écouteurs et un micro. En effet les stratégies sont simples, seules quelques connaissances et de bons réflexes seront de mise. Comme pour Destiny premier du nom, les assauts ont deux niveaux de difficultés. Ce deuxième palier s’intitule toujours Nuit Noir, et ne peut être réalisé en « match making » autrement dit avec deux joueurs réunis automatiquement par la sélection d’un assaut. Là encore, point de soucis, comme pour les raids, l’outil « Recherche de Groupe » de la Xbox One fait le travail.

Outre des dégâts plus élevés, des ennemis plus résistants et tout un tas de malus, Bungie a cru bon d’imposer un décompte de 15 minutes imparti pour terminer un assaut Nuit Noir. Une bonne idée, effectivement, puisque cela complique encore plus les choses. Seulement, j’aurais préféré cet ajout pour un troisième niveau de difficulté. Pourquoi faire me diriez-vous ? Et bien, que ce soit en mode normal ou en Nuit Noir, vous ferez vos assauts au pas de course : D’une part, parce que trop facile et que vos coéquipiers se mettront à « rusher le truc », et de l’autre, car imposé par le chrono. Inutile de penser admirer les paysages ou de se la jouer « on avance prudemment parce que l’on a pas un « stuff fou fou ».

En vrac… Du bon et du moins bon : Les PNJ.

Au chapitre des nouveautés, Bungie a rajouté un PNJ (personnage non joueur) sur chaque nouvelle planète. Ceux-ci vous permettront de récupérer et rendre des quêtes, monter une réputation et bien entendu, obtenir du butin et des récompenses. Une bonne idée en soi, qui profite à la narration et donne un peu de vie supplémentaire à ces nouveaux territoires. Le problème, c’est que la personnalité et le charisme de ces PNJ me donnent souvent envie de les éviter. Entre une « adjudant chef » au physique de camionneuse autoritaire sur Titan, un vieux acariâtre sur IO, et une marginale en poncho aux remarques plutôt pénibles sur Terre, je vous avoue j’ai du mal ! Heureusement, pour rattraper le coup il reste une intelligence artificielle ayant le sens de l’humour et de la répartie sur Nessos, et un sniper au caractère poser et mature dans la zone de Trostland.

Les PNJ (les nouveaux comme les anciens) devraient vous permettre de monter des réputations comme cela se faisait dans Destiny premier du nom. Au fil de votre périple, vous leurs rendez des quêtes et des jetons, ce qui augmentera une barre de réputation. Une fois complète, vous gagné un niveau supérieur puis celle-ci ce réinitialise à zéro, le PNJ en question vous offre une récompense aléatoire ou spécifique. Mais voilà, dans Destiny 2 il ne se passe rien, pas un chiffre, un signe, rien ne permet de savoir si nous avons effectivement passé un cape ou gravi un échelon, la jauge revient juste à zéro. Dans les faits, cette jauge ne sert donc qu’a récupérer des récompenses aléatoires. Encore une simplification de la part de Bungie

Les missions « Aventures » et « les Secteurs Oubliés » :

De nouvelles quêtes solo apparaissent dorénavant en plus des missions classiques sur chaque territoire. Elles ont la particularité d’être scénarisées et bien construites. Offrant de petits objectifs à réaliser, ses Aventures se terminent généralement par un boss. Comptez généralement un bon quart d’heure voir plus pour chacune d’entre elles. Parallèlement à ces nouvelles missions le jeu nous propose de nouveaux lieux à visiter : Les secteur oubliés. Des endroits où se trouvent des coffres offrant du butin à condition de venir à bout des ennemis et du gardien du coffre.

Que ce soit les nouvelles Missions Aventure ou les Secteurs Oubliés, Bungie ajoute à Destiny deux nouvelles activités très intéressantes. Seul problème, la montée en niveau de nos gardiens se faisant trop facilement et trop vite rend ces nouvelles activités totalement optionnelles et dispensables…

En conclusion :

Par des choix de « casualisation » extrême, Destiny 2, la suite de la licence phare de Bungie et Activision perd de son intérêt. Simplification à outrance, manque de challenge, manque d’activité en fin de jeu, et mode joueur contre joueur moins subtile ne peut que décevoir. Malgré tout Destiny 2 est un jeu sur lequel ont peut encore s’amuser, il faut seulement espérer qu’Activision et le studio Bungie rectifient le tir au fil des mises à jours et des prochaines extensions…

 

 

 

 

 

Laisser un commentaire